Quels sont les profils les plus touchés par le durcissement de l’accès au crédit ?

Face aux nouvelles reformes établies par les autorités financières sur le crédit immobilier, de nombreux investisseurs vont certainement subir des effets néfastes. Et oui, ils ne risqueront plus d’avoir accès à un crédit, comme il a été encore le cas quelques mois précédents. Actuellement, l’écart d’accès au crédit risque de se creuser de plus bel en fonction du profil de l’emprunteur. Le durcissement de l’accès au crédit touchera certains emprunteurs plus que d’autres. Mais qui sont ces profils plus concernés par le bouleversement de la situation ?

Les critères qui feront la différence

Les dernières reformes ont notamment mis en avant des changements sur quelques points précis. Il s’agit notamment de la durée du crédit, du montant, et de la capacité d’emprunt du ménage. Face à ce bouleversement, certains critères peuvent faire la différence entre un bon profil d’un mauvais :

  • L’âge : Ce sont surtout les trentenaires et moins qui vont se retrouver lésés par la situation.
  • L’épargne : Seul le particulier qui dispose d’une épargne importante pourra se permettre facilement de prétendre à un crédit immobilier. En effet, à partir de maintenant, le montant du prêt n’est plus intégral, il ne représentera plus que 90% du montant total d’achat.
  • La durée : Désormais, ceux qui n’ont pas la possibilité de rembourser un prêt immobilier sur une durée de moins de 25 ans ne pourront plus espérer de bénéficier de l’aide des banques.
  • L’ancienneté de l’emploi et le métier occupé : idéalement, vous devriez occuper un poste en CDI, avec quelques années d’ancienneté. Votre demande passera en priorité avant d’autres.
  • Le reste à vivre : Aujourd’hui, impossible de prétendre à un prêt immobilier si l’on risquerait de dépasser les 33% de limite de reste à vivre une fois que les mensualités sont déduites.

Alors, qui seront les plus touchés ?

  • Les primo-accédants :

Ce sont des catégories d’emprunteurs qui ont l’habitude de prêter sur une durée de plus de 25 ans. La nouvelle règle qui indique un délai limite de 25 ans maximum n’est pas une bonne nouvelle pour eux.

  • Les travailleurs en CDD :

Un emprunteur en CDD ne dispose pas de garantie de paiement sur une longue durée, et risquerait d’être écarté dans les processus de prêt immobilier.

  • Les jeunes :

Les jeunes ne disposent généralement pas d’épargne suffisant pour sortir de leur propre poche 10% du montant d’achat immobilier.

  • Les ménages modestes :

Ces derniers peuvent être victimes de ce durcissement des conditions avec des taux d’emprunts règlementés par la banque de France, et qui se retrouvent actuellement en hausse comparé à ceux de 2019. Ils paieront plus cher leurs emprunts.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top