Pourquoi est-ce plus compliqué de décrocher un crédit en 2020 ?

Si l’année 2019 a été marquée par une forte hausse du nombre de demande de crédit, des mesures ont été prises afin de permettre aux banques de revenir à la raison, et de remettre un peu d’ordre dans leurs offres. Les autorités ont pensé à des reformes plutôt strictes pour éviter la faillite des prestataires financiers. Cependant, beaucoup de consommateurs s’en retrouvent lésés.

Des conditions d’obtention de crédit plus strictes en 2020

Plusieurs catégories d’emprunteurs sont susceptibles d’être exclus des crédits immobiliers face aux nouvelles conditions établies par la Haute autorité Financière. Les statistiques évaluent près de 100 à 150.000 foyers qui risquent de ne plus pouvoir se permettre un investissement immobilier cette année.

La banque de France souhaite désormais prendre les choses en main. Elle estime qu’il y a eu trop de laissé aller, et que les emprunteurs courent un énorme risque de surendettement avec des conditions de crédit beaucoup trop accessibles.

Les conditions d’obtention de crédit ont alors subit quelques changements pour cette année 2020 :

  • L’emprunteur devrait strictement respecter un seuil d’endettement maximal : il ne pourra plus se permettre d’emprunter plus de 33% de ses revenus mensuels
  • La durée du crédit immobilier est également soumise à une limite de 25 ans au maximum. Aucun prêt n’aurait plus la chance d’être accordé s’il dépasse cette durée indiquée.
  • Le montant du crédit est limité à 90% de la valeur d’achat réelle du bien immobilier. Le reste devrait alors être déboursé des propres ressources de l’emprunteur.

Des investisseurs qui risquent fort de sortir du jeu

Face à ces nouvelles conditions qui régissent le marché du crédit immobilier, des investisseurs risquent fort de sortir du jeu. On peut parler des primo-accédants, qui ont l’habitude de signer un crédit de plus de 25 ans. Ces derniers étant généralement des jeunes, célibataires ou en couple, ne sont que dans leur premier achat immobilier, et prennent logiquement plus de temps dans leur remboursement. Mais ce n’est pas tout, ces jeunes peuvent également avoir des difficultés à réunir les 10% d’apport personnel obligatoire pour bénéficier d’un crédit immobilier. Et oui, ils peuvent ne pas disposer d’épargne suffisante, et, sauf s’ils ont recours à d’autres types de prêts comme un prêt entre particulier, ou un prêt auprès d’un proche, ce point pourrait leur bloquer.

De leur côté, les ménages à faibles sources de revenus et les séniors se trouvent également dans cette même difficulté. En effet, ces catégories d’emprunteurs auront du mal à respecter cette limite de pourcentage de part leur faible revenue. Si l’on fait un petit calcul, un ménage qui gagne moins de 4 000 euros par mois ne pourrait plus se permettre une nouvelle acquisition immobilière.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top